Le conservateur Erin O’Toole aiderait le 1 % le plus riche et laisserait votre famille loin derrière.

06/01/21

Notre pays est frappé de plein fouet sur deux fronts : la pandémie, qui accable notre système de soins de santé, et une reprise économique lente et prolongée. Les familles canadiennes en arrachent :  

Erin O’Toole et les conservateurs n’ont pourtant proposé aucune véritable solution pour les aider à traverser cette double crise. 

Mais y a-t-il vraiment de quoi s’en étonner? 

Les conservateurs ont l’habitude des belles paroles et des promesses vides pour accéder au pouvoir. Mais une fois élus, ils se mettent sans tarder au service du 1 % le plus riche. 

Erin O’Toole dira n’importe quoi pour se faire élire.

À sa première course à la chefferie du Parti conservateur, Erin O’Toole s’est décrit comme un modéré. À sa deuxième tentative, il a déclaré être un conservateur « pur et dur », courtisant l’extrême droite de son parti.

Et maintenant qu’il est parvenu à ses fins, le chef conservateur retourne sa veste une fois de plus. 

Il n’y a aucun doute qu’Erin O’Toole est prêt à dire n’importe quoi pour s’emparer du pouvoir. Il souhaite aussi désespérément que les Canadiens ordinaires oublient le bilan des conservateurs, car ils se rappelleraient vite que ce sont toujours les familles à faible et moyen revenu comme les leurs qui finissent par écoper. 

Dans le fond, Erin O’Toole est un conservateur tout ce qu’il a de plus typique, c’est-à-dire qu’il est là avant tout pour les grandes entreprises et ses amis bien nantis, pas pour les familles comme la vôtre.  

Le bilan économique des conservateurs.

 

À quoi exactement ressemble un gouvernement conservateur? Pour répondre à cette question, il suffit d’examiner une décennie de politiques conservatrices :

– Une reprise économique plus lente et plus faible

– Un accroissement de l’injustice fiscale et de l’iniquité économique

– Des cadeaux aux riches et des coupes dans les services publics essentiels, comme les soins de santé

– Des politiques rétrogrades dont les femmes font les frais

– La priorité donnée au 1 % le plus riche tandis que les familles ordinaires sont reléguées loin derrière

 

Aujourd’hui, un gouvernement conservateur O’Toole mettrait en danger la sécurité financière de votre famille.

Les conservateurs au pouvoir sont synonymes de reprises économiques plus lentes. 

En 2008, au lieu de chercher à aider les familles canadiennes aux prises avec les effets de la grande récession, le gouvernement conservateur fraîchement réélu a présenté une mise à jour budgétaire qui imposait des réductions de services et des mesures d’austérité. 

Ce n’est que lorsque la survie même de leur gouvernement a été menacée qu’ils ont été contraints de réagir, mais ce qu’ils ont fait était insuffisant et sans vision. 

En fait, Stephen Harper et les conservateurs ont affiché « le pire bilan économique depuis la Seconde Guerre mondiale ».

Si elles étaient mises en œuvre aujourd’hui, les politiques conservatrices signifieraient une reprise économique plus lente et plus longue — et des temps plus difficiles pour les familles canadiennes.

Les politiques conservatrices sont synonymes d’une plus grande injustice fiscale.

Les conservateurs ont accordé d’énormes allégements fiscaux à des entreprises rentables ainsi qu’à leurs amis et happy few. C’est donc dire que si les grandes entreprises payaient moins d’impôts, une plus grande partie du fardeau fiscal était portée sur le dos des Canadiens ordinaires. Deux experts en économie de l’ère Mulroney ont déclaré que la « mirifique doctrine économique conservatrice... n’a rien fait pour l’économie » et « n’a certainement pas contribué à l’équité fiscale »

Les largesses fiscales que les conservateurs se plaisent à accorder au 1 % le plus riche sont synonymes de coupes sombres dans les services publics essentiels, comme les soins de santé. 

Que ce soit à l’échelle nationale ou provinciale, les conservateurs font systématiquement le choix de financer leurs cadeaux fiscaux par des compressions dans les services essentiels, comme les soins de santé. 

Les conservateurs ont « délibérément miné la capacité du gouvernement » à payer les services publics, par exemple en réduisant de 36 milliards de dollars les transferts en santé aux provinces. Et ils savent très bien que ce sont les familles comme la vôtre qui finissent par en payer le prix.

 

Ce sont les femmes qui sont les plus durement touchées par les politiques conservatrices.

Comme les femmes assument le plus souvent la responsabilité des finances familiales, ce sont elles qui écopent le plus des politiques économiques rétrogrades des conservateurs.

Erin O’Toole a appuyé les compressions budgétaires imposées aux groupes qui luttent contre l’inégalité économique fondée sur le sexe ainsi que les compressions visant les centres pour femmes. Il a aidé les conservateurs à transformer « la sécurité et les droits des femmes en un jeu politique » et à « stigmatiser une partie bien précise de la population canadienne ». 

Même si aujourd’hui Erin O’Toole parle de tendre la main aux femmes, en réalité il a toujours soutenu les politiques conservatrices rétrogrades et anti-femmes.

Avec les conservateurs, c’est le « 1 % » d’abord, les familles ordinaires après – bien après!

Erin O’Toole adore se vanter d’aider les familles, mais le bilan des conservateurs montre que les familles à revenu moyen et faible n’en tirent que de bien modestes gains.  

En effet, « les gains tirés de l’économie canadienne s’accroissent à mesure que l’on grimpe dans l’échelle des revenus ».

Sous le régime conservateur, la part de revenus du 1 % le plus fortuné est devenue la deuxième plus grande de l’histoire du Canada d’après-guerre, tandis que l’endettement des familles a atteint son niveau le plus élevé.

Autrement dit, les conservateurs ont refilé la dette du gouvernement à votre famille. Et Erin O’Toole vous promet maintenant du pareil au même, soit des politiques qui continueront d’accentuer les inégalités. 

Un gouvernement conservateur O’Toole mettrait en danger la sécurité financière de votre famille.

Dans des périodes difficiles comme celle que nous vivons, les Canadiennes et les Canadiens comptent sur le gouvernement fédéral pour relancer l’économie et aider les familles à s’en sortir. Le conservateur Erin O’Toole aurait pourtant eu une tout autre approche, et la crise, une tout autre tournure. Selon ses dires, il aurait en effet accordé une aide plus généreuse aux entreprises et moins aux familles ordinaires. 

Aujourd’hui, il promet qu’un gouvernement conservateur réduirait les dépenses. Nous savons par expérience que cela signifie des compressions dans les services publics comme les soins de santé, l’assurance-emploi et d’autres services essentiels sur lesquels votre famille compte dans les moments difficiles. 

Ne laissez pas les conservateurs compromettre la situation financière de votre famille. C’est le pire moment possible pour donner à Erin O’Toole le contrôle de notre économie ou de notre système de santé.