Comment une promesse électorale non tenue des conservateurs s’est traduite par des compressions de 36 milliards de dollars en santé.

Notre système de santé a été sous-financé et nous en payons le prix aujourd’hui, au pire moment possible.

03/04/21

Erin O’Toole et les conservateurs ont l’habitude de dire une chose et de faire son contraire. En matière de santé publique, leur promesse électorale non tenue a creusé un déficit de financement de 36 milliards de dollars — ce qui a compromis les services dont les Canadiennes et les Canadiens ont besoin maintenant plus que jamais. 

Le projet Protégeons le Canada repose sur des faits pour lutter contre le sous-financement chronique de notre système de santé par les conservateurs et pour mettre la population en garde contre le risque de futures compressions sous les ordres d’Erin O’Toole. La dernière fois qu’ils ont été au pouvoir, les conservateurs et Erin O’Toole ont « passé un sapin » aux provinces — et aux Canadiens — en faisant adopter en douce leurs coupes dans le cadre d’un nouveau modèle de financement. Mettons les choses au clair là-dessus, d’accord? 

Tout d’abord, voici comment fonctionne le financement des soins de santé : 

Les provinces et le gouvernement fédéral partagent les coûts des soins de santé. Au cours des dernières décennies, les modalités sont convenues dans le cadre d’accords sur les soins de santé conclus entre le gouvernement fédéral et les gouvernements provinciaux et territoriaux, et ce, tous les dix ans. L’accord sur la santé de 2004-2014 prévoyait une indexation annuelle de 6 % pour tenir compte de l’augmentation des coûts des soins de santé, des besoins grandissants d’une population vieillissante et des réductions précédentes des transferts fédéraux en santé. Stephen Harper et Erin O’Toole étaient au pouvoir lorsque le temps de renouveler l’accord est venu, en 2014. 

Voici ce qu’ils ont promis 

En campagne électorale, Stephen Harper a déclaré : 

« Nous prévoyons une augmentation continue de 6 % des transferts en santé. Nous avons été très cohérents à ce sujet. »

Voici ce qu’ils ont fait 

Après avoir été élus comme gouvernement majoritaire, les conservateurs n’ont pas négocié un nouvel accord en santé, mais ont plutôt consterné les provinces — et la population canadienne — en imposant unilatéralement une nouvelle formule de santé sur dix ans qui ne respectait pas l’indexation annuelle de 6 %, contrairement à ce qu’ils avaient dit qu’ils feraient. 

En brisant leur promesse, les conservateurs ont amputé de 36 milliards de dollars les transferts fédéraux en santé par rapport à ce qu’ils avaient promis. 

Les experts nous ont prévenus que les répercussions de cette réduction seraient telles que notre système de santé ne pourrait plus répondre aux besoins d’une population vieillissante. Et nous pouvons constater aujourd’hui, avec la crise sanitaire que nous connaissons, l’impact dévastateur du sous-financement des soins de santé sur les Canadiennes et les Canadiens, et en particulier sur les personnes âgées. 

Erin O’Toole a voté en faveur de cette réduction massive du financement des soins de santé et a ainsi donné priorité à un programme d’austérité irréfléchi plutôt qu’à la santé et à la sécurité de la population du pays. Nous devons nous assurer qu’une chose pareille ne se reproduit pas, précisément au moment où nous avons le plus besoin de notre système de santé publique. 

C’est le pire moment possible pour Erin O’Toole et d’autres promesses non tenues par les conservateurs en matière de soins de santé.